Sonar – Notre environnement

Premier post d’une série présentant l’installation et l’utilisation de Sonar afin de mesurer la qualité d’applications.

L’objectif est de présenter notre environnement et, comme pré-requis, la création d’un user Oracle.

Environnement

Windows 7 Profesional SP1, Oracle 11.2, Tomcat 7.0, Java 6. Très proche de ce que vous pourriez trouver chez la plupart des clients, sauf que notre installation se ferait probablement sur un serveur Windows avec une version Windows Server.

Tomcat a été installé en tant que service Windows, de sorte qu’il me suffit de clicker sur une icône ‘Services’ pour le démarrer/stopper/relancer.

L’installation a été effectuée sur le port 8888, afin d’éviter tout conflit avec d’autres applications qui s’installent par défaut sur le port 8080. J’ai également une icône pour lancer Tomcat7w.exe et configurer Tomcat. Remarquez le Java memory pool á 512 Mo.

Oracle

Il nous faut un user Oracle afin que Sonar puisse créer son propre schéma de base de données. Nous voulons aussi un tablespace dédié á cet utilisateur, pour des raisons de performance et de facilité de gestion de notre DB. Utiliser votre outil SQL préféré pour créer ce user. Ci-dessous, les instructions correspondantes:

  • Creation du tablespace, 500 Mb autoextended.

CREATE SMALLFILE TABLESPACE « SONAR » DATAFILE ‘C:\ORACLE\ORADATA\JPORA11\SONAR.DBS’ SIZE 500M AUTOEXTEND ON NEXT 50M MAXSIZE UNLIMITED LOGGING EXTENT MANAGEMENT LOCAL SEGMENT SPACE MANAGEMENT AUTO

  • Création du user Sonar sur le tablespace précédent, avec privilèges de DBA.

CREATE USER « SONAR » PROFILE « DEFAULT » IDENTIFIED BY « sonar » DEFAULT TABLESPACE « SONAR » TEMPORARY TABLESPACE « TEMP » ACCOUNT UNLOCK
GRANT « CONNECT » TO « SONAR »
GRANT « DBA » TO « SONAR »

Il n’y a pas d’obligation á créer le user Sonar avec un profil DBA, mais comme rien ne nous l’interdit avec notre propre instance Oracle, autant ne pas s’en priver.

Le prochain post sera consacrée á l’installation de Sonar.

 

Ce article est également disponible en Leer este articulo en castellano et Read that post in english.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *